Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par jlgdu54

Critique d'un 6mots ordinaire (ou presque).

Sachant que je me désole du relatif anonymat dans lequel un complot que je ne m'explique pas maintient le site www.6mots.com, je souhaite aujourd'hui mettre en exergue toute la richesse littéraire de ce site au travers d'une critique élogieuse d'un 6mots pas tout à fait pris au hasard.

Voyez leurre là où l’or loge.

(de Simcoscor)


Vous noterez, chers confrères, que dans ce 6mots, l'auteur ne se contente pas d'un jeu de mots basé sur deux phrases holorimes, il va bien plus loin, car chacune des phrases que l'on peut entendre a une réelle signification dans deux univers totalement opposés. L'un tient à ce thème universel du temps que l'homme a souhaité comptabiliser dans sa vie quotidienne, "regardez le temps qui passe grâce à l'horloge". Sur ce thème, l'auteur s'amuse sur le "ou" qu'il accentue en "où" par cohérence avec "loger", ce qui est habile, mais qui ne doit pas nous faire oublier que sans cette accentuation, le "ou" nous poserait une autre question qui traite cette fois des choses, de leur essence et de leur fonction, ainsi regardons-nous l'heure ou la montre ?

Le lien entre les deux thèmes, c'est évident, c'est le mot "leurre", que l'auteur orthographie à dessein dans sa graphie la moins évidente pour nous rappeler que ce 6mots est trompeur aussi délicieusement pour celui qui est trompé que pour celui qui trompe.

Car le second propos de ce 6mots si riche nous amène à nous interroger sur la véritable valeur de la vie : la richesse est-elle la véritable richesse ? L'or tient-il sa valeur de son utilité ou de sa rareté ? Se poser la question, c’est évidemment déjà y répondre un peu, c’est discerner le leurre dans notre hiérarchie des valeurs, c’est dénoncer l’arbitraire du relatif par rapport à un absolu que l’homme certes dit apprécier, mais en le délaissant au quotidien.

L’auteur nous contraint aussi à une violente critique des pouvoirs qui usent des paraître et des codes pour contenir les peuples dans un état plus ou moins stable, mélange de vénération et de sidération.

PS (de la femme de ménage du critique littéraire) : donc c’est un bon jeu de mots !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article