Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par jlgdu54

  • Waterloo, un jour de plaine nulle.
  • Je la cuisine, je la chambre, elle trouve salon.
  • Oui, nous irons tous au paradigme.
  • Notre amour fut surtout plat tonique.
  • La parole est parfois une douce musique que l’homme orchestre.
  • Un plombier arrêté pour les quarts de conduite.
  • Quand c’est sciure, il n’y a pas de doute.
  • Le camionneur qui se saigne pour un camion aura toujours moins mal qu’un motard qui s’écrase contre.
  • Je ne te dirai pas pourquoi tes amantes se lamentent.
  • Le tripier s'appelle ainsi, car c'est un bipède qui a tendance à vous retenir la jambe tant que vous ne lui achetez pas ses abats.
  • Pourquoi sept nains ? – Parce que pour Blanche Neige, il fallait un amant par jour de la semaine et qu’elle était clitoridienne.
  • Elle-même avouait bien volontiers que son état de fraîcheur au réveil lui permettrait d’être élue Miss Rance.
  • A force de se croiser comme ça, les vélocipèdes ne craignent plus la consanguinité !
  • Il y a ceux qui se lèvent au clairon, mais toi tu ne t’es jamais levé au sitar ?
  • Les femmes préfèreraient-elles les solitaires plutôt que les ermites ?
  • Barbara (barbe à rat), quel drôle de nom pour une souris imberbe !
  • Un tel travail d’ébéniste, c’est l’âme en tables.
  • Il y a une certaine logique à ce qu'à Noël, Léon est tout retourné.
  • Ce qui me rappelle qu’à Pise, c’est tour tournée.
  • Jusqu’à sa chute, Pierre avait une belle carrière.
  • Dans les rues par temps de chien, il n’y ait pas un chat.
  • Plus un restaurateur a de bonnes recettes et plus ses recettes sont bonnes.
  • A force de grimper dans les escaliers, il était très remonté.
  • Compter ses filleuls un parrain.
  • L’avenir énergétique de la France passe par les fleurs. Nous produisons déjà beaucoup de courants de pensée.
  • J’aimerais bien parler de mes paradigmes épistémologiques avec mon ontologue, pas vous ?
  • En pleine réunion, j’ai cassé le chef. Depuis, les collègues m’appellent taille-patron.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article