Disséquons les conférences #RéveillûreTôtive de la semaine !

Publié le par jlgdu54

Georges Adet, né en 1894, est le doyen de nos salles cette semaine (acteur dans Rabbi Jacob).

Georges Adet, né en 1894, est le doyen de nos salles cette semaine (acteur dans Rabbi Jacob).

Pour ceux qui ne connaitraient pas : l'annonce quotidienne de la #Conférence RéveillûreTôtive est consultable sur Twitter @the_real_jerome

 

Horaire de l’annonce

Moyenne de la semaine à 6h13.

Une minute seulement plus tôtive que la moyenne des 38 dimanches précédents et 35 minutes moins tôtive que la moyenne des 38 semaines passées.

L’annonceur a manifestement repris son rythme de travail avec une certaine langueur.

Plus tôtive : le vendredi à 5h05.

Moins tôtive : le dimanche à 6h36.

 

Contenu des conférences

Dans les sujets traités, on y trouve pêle-mêle 4 vêtements, 6 métiers, 3,72 modes de transport, 4 activités de loisirs, 6 choses qui se mangent (mais pas là !) et 7 verbes, tous du premier groupe.

Seulement deux références géographiques, ce qui est peu.

 

Le nom des salles

Une semaine atypique, puisque les 7 hommages vont à des personnages francophones, dont le benjamin a fêté ses 68 ans hier !

Deux sont décédés, le doyen étant né en 1894. Les deux survivants les plus âgés ont dépassé 90 ans.

Bref un vent de jeunesse souffle sur les salles (mais en sens contraire).

Trois écrivains (plus ou moins littéraires), une chanteuse et des gens de théâtre et de cinéma.

 

Les trouvailles à perdre au plus vite

Arbitrairement, on pourra citer :

  • Le magnum de bave
  • L’aquarium en mortadelle
  • Le slip en ronce de noyer

 

Les trouvailles à peut-être conserver

  • Le wagon-bibliothèque
  • Le puzzle sans pièce (on avait déjà eu droit au puzzle d’une pièce, là on tutoie la perfection)
  • L’armée antimilitariste

 

Des associations de métiers prometteuses

Le carrossier-chocolatier était une évidence pour tous, puisque l’on retrouve la cabosse du cacaoyer par plaisir et celle du véhicule par accident.

Le pianiste-charcutier était plus difficile à imaginer, mais on notera que chacun travaille les morceaux de façon plus ou moins mélodieuse.

 

Commenter cet article