Les JLGeades de la semaine.

Publié le par jlgdu54

13 novembre 2015 : 130 morts, de nombreux blessés et tout un peuple traumatisé.

13 novembre 2015 : 130 morts, de nombreux blessés et tout un peuple traumatisé.

Une semaine qui a commencé par le souvenir du 13 novembre 2015 et qui va s’achever sur le premier tour des primaires de la droite et du centre.

Pendant ce temps-là, Donald Trump édulcore son discours et ne nomme que des extrémistes aux postes clés de sa future équipe gouvernementale.

38 JLGeades sont venues se rajouter à ma collection personnelle pendant cette semaine.

 

Actualités.

 

  1. Mes pensées vont à tous ceux qui tous les jours voient, entendent, sentent encore le 13 novembre 2015 et ses horreurs ineffaçables.
  2. Mais aussi nos pensées doivent aller vers le peuple syrien pour qui chaque jour est un 13 novembre depuis trop longtemps.
  3. 1934, naissance de Donald Duck. 1946, naissance de Donald Trump. Deux coups durs pour ce prénom qui aura du mal à s'en remettre.
  4. Je juge Twitter trop porté sur le quantitatif et pas assez sur le qualitatif. Bloquons les mauvais caractères, plutôt que le 141ème.
  5. C’était Le Mans dans la Sarthe. Oui, c’est tellement dans la Sarthe. François fuyons.

 

 

Divers.

 

  1. On n’est pas maman pour un moment, on est amour pour toujours.
  2. J'ai toujours préféré les grands crus aux petits QI.
  3. Le rappel est un animal surtout connu pour sa piqûre.
  4. Ce n’est pas parce qu’il est huître heures, qu’il faut que tu me prennes pour ta bourriche.
  5. Les sourds et les aveugles ne sauront jamais si l'homme invisible n'était pas aphone !
  6. Les diseurs de 11 heures sont à l’heure d’hiver.
  7. J’aimerais rencontrer Audrey Tautou tard.
  8. Les Indiens d’Amérique restent sur leur réserve.
  9. Les Amérindiens ne connaissaient pas le débardeur, car ils pensaient qu’aux manches.
  10. Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France. Sully a dit ça pour meuh-blé.
  11. La tour de Pise ne fait pas partie des penchées de Pascal.
  12. Concernant ta proposition, je suis très réservé, j’afficherais même complet, tellement je suis réservé.
  13. Il nous arrive de temps en temps d’emboîter le pas, or je n’ai jamais entendu dire d’un pas qu’il était emboîté. On nous ment ? Complot ?
  14. C’est à la naissance de mon aîné que je me suis rendu compte que je n’étais ni une bite, ni un trou du cul, mais un père inné.
  15. La différence entre un stade et un musée : au stade, on met les visiteurs contre les locaux, alors qu’au musée, on les met dans les locaux.
  16. Pot de départ à la morgue : « on se remet une bière ! ».
  17. Pour compenser mon côté obscur, je fais mes courses chez Leclerc. Contre mon côté citadin, je vais chez Auchan.
  18. Un aveugle de naissance a pour autant vu le jour.
  19. Je ne me rappelle pas qu’il y ait eu dans ma classe de Rémi Nissance.
  20. Avec ma boulangère, ça marche à la baguette, sinon tu prends un pain.
  21. Si je vous embauchais, vous seriez payés par moi. Ç’a l’air correct ?
  22. Je me suis lové, je me suis levé, je me suis lavé, ce ne sera pas l’UV, mais l’hiver.
  23. Je te soupçonne d'avoir une aiguille pour les filles. Appelons un chas un chas.
  24. Quand t’es pas fute-fute, tu prends une veste.

 

6mots.

 

  1. J’aime beaucoup quand tes reins vaguent.
  2. Mettre tes couettes sous ma couette.
  3. Menu trop salé, addition pas menue.
  4. J’étais déclaré aphone sur un malentendu.
  5. Sans doute, cèpes tendres en octobre.
  6. Nos grands-mères ont des potes âgés.
  7. Attention, je t’écris que je m’écrie.
  8. La boîte du videur était pleine.
  9. Complètement perdu ! Epargnez-moi vos comment t’erres !

Commenter cet article