Les JLGeades de la semaine.

Publié le par jlgdu54

Sur cette photo, on voit des policiers encadrer le manifestant qui revendique sur son socle.

Sur cette photo, on voit des policiers encadrer le manifestant qui revendique sur son socle.

Une semaine marquée par les « Nuits debout » des policiers, qui sont « manifestement » à bout de nerfs. Voilà bien une manifestation sur laquelle la Préfecture ne comptait pas (du coup, on ne sait pas combien ils étaient !).

Par ailleurs, la propriétaire blonde de l’OM a vendu le club à un riche ami rouquin.

47 JLGeades sont venues se rajouter à ma collection personnelle pendant cette semaine.

 

Actualités.

 

1.    La politique, c’est pas bien compliqué ! On milite à gauche, on hérite à droite, on hésite au centre.

2.    Certains politiques ont le don de double aveuglement.

3.    Les feuilles et la température chutent, les jours raccourcissent, heureusement qu’il y a le barnum politique des Présidentielles pour nous remonter le moral !

4.    Vous allez voir que le week-end prochain, ils vont ressortir leurs dix verres, en prévision du Beaujolais nouveau, sans doute.

 

 

Divers.

 

1.    Au monastère, j’aurais aimé avoir la chambre quinze, mais j’ai eu l’ascèse.

2.    Plus tu es enveloppé, moins tu emballes.

3.    L’amputé se dit que  ça irait mieux deux mains.

4.    Quand on perd une chaussure, on se retrouve avec une chaussure en trop !

5.    J’ai des doutes sur mes incertitudes. J’hésite même à tergiverser.

6.    Vous êtes à deux doigts d’en avoir sept à chaque main.

7.    Le pauvre rêve de devenir riche. Le riche ne rêve pas de le rester, il craint de ne plus l’être. L'argent ne fait pas le bonheur.

8.    Avec tout ce qu’il a composé comme œuvres musicales, je ne sais pas quand Liszt a trouvé le temps pour inventer son célèbre scrutin.

9.    L’élève de seconde à qui on dit de bosser dès janvier et qui ne le fait qu’en mai réagit pour autant en une fraction de seconde.

10.  Le froid contre les champs d’ail. Et les chandails contre le froid.

11.  Pour faire des canulars, il faut bénéficier d’un don de la farce.

12.  Je m’y connais en poissons : je reconnais sans problème un cabillaud, surtout de dos.

13.  Les camionneurs qui ont une assurance de flotte chaussent donc leurs véhicules de pneus pluie.

14.  La boutique du boucher donnait sur le porc.

15.  Il est difficile d’avoir le dessus quand on est saoul.

16.  Au milieu du XIXème siècle, les gens perdaient moins les pédales. Puis le vélocipède a remplacé la draisienne...

17.  Le fleuriste retraité était jadis dans la fleur de l’âge.

18.  On est des milliards à ne pas en avoir.

19.  Je n’ai pas su qu’il était saoul.

20.  Pourquoi se sent-on seul dans la foule ?

21.  Le chien doux ne fait pas grossir.

22.  Du côté de la promotion canapé, on observerait une certaine baise des effectifs.

23.  Moins il y a d’infirmières dans un hôpital et plus les malades apprennent à être des patients.

24.  Le pantalon à 3 jambières. Tu te retrouves avec une jambière en trop sur les bras. T'as l’air mal fringué, c’est une autre paire de manches.

25.  Quand tu es mourant, quel bonheur d’entendre la sirène de l’ambulance. Et un bonheur encore plus grand, quand on n’est pas concerné.

26.  Un type abject toute sa vie, qui sauve un enfant de la noyade à 70 ans, laissera de lui l’image d’un héros.

27.  Pour les veufs, la drague dans une chorale est un bon plan.

28.  Votre vie est étroite : il n’y a plus de place pour l’amour.

29.  Il n’y a pas qu’en football féminin que les premières mi-temps mènent aux pauses.

 

6mots.

 

1.    Il reste un militant en permanence. (double sens)

2.    Elles se donnent bien du mâle. (sur la prostitution féminine)

3.    L’était pas sobre pour deux saouls. (vin, et vint Evin en vain)

4.    L’éclat de mes cheveux s’était teint.

5.    Les chirurgiens esthétiques refont la gueule.

6.    Je suis sûr de mes doutes.

7.    Tendresse ou richesse, vous choisissez quoi ?

8.    Pour être critiqué à bonnet chiant.

9.    Le froid conserve, conservez votre réfrigérateur.

10.  Si j’ai pas pied, je m’écrie.

11.  Et si j’ai papier, je t’écris.

12.  C'était thé, j'ai bu la tasse.

13.  Cet été, j'ai bu la tasse.

14.  A la fin, tu perds l'ascèse.  #6mots avec concessions.

Commenter cet article