Le troublant rapprochement de huit et nuit.

Publié le par jlgdu54

On peut vivre parfaitement heureux sans s'en être rendu compte, et donc sans comprendre pourquoi.

Dans de nombreuses langues indo-européennes, comme en français, les mots signifiant "huit" et "nuit" sont intimement liés.

Le constat :

Huit/nuit en français.

Acht/Nacht en allemand.

Eight/night en anglais.

Otto/notte en italien.

Ocho/noche en espagnol.

Oito/noite en portugais.

Opt/noapte en roumain.

Aetta/natta en suédois.

On prend le chiffre huit, on lui rajoute un "n" initial et on a le mot nuit dans toutes ces langues.

La règle n'est toutefois pas universelle. En russe ou en japonais par exemple, ça ne marche pas.

Ce constat étant fait, une double interrogation s'impose : pourquoi ce rapprochement et pourquoi a-t-il résisté à l'évolution inéluctable de toute langue ?

Si un éminent linguiste à une autre réponse à ces questions que celles que je vais citer, je le remercie d'avance de me les communiquer.

Quel est donc cet étrange lien, ce rapport répété entre le chiffre huit et la nuit ?

La réponse courante des linguistes sur ce sujet est la suivante : il ne s'agit que d'une coïncidence, en indo-européen, les racines des deux mots contiennent les mêmes deux lettres significatives dans leur racine, le k et le t pour okto et le k et le t pour nokts, avec en plus le n en initiale.

Les évolutions parallèles des deux mots au cours des siècles et selon les langues sont logiques, puisqu'elles obéissent aux mêmes règles.

Comme d'habitude, quand l'humanité ne comprend pas, elle a tendance à trouver des solutions dans l'ésotérique ou la symbolique.

Certains rapprochent ainsi la nuit et 8 heures de sommeil nécessaires, sauf que cela semble peu crédible, eu égard à l'origine lointaine du rapprochement des deux mots.

Un prof de maths suisse, Bernard GISIN, avance une autre hypothèse sur son site en 2006, liée aux jours de la semaine et à la mise en place des chiffres :

"L'explication que j'ai trouvée, mais que ne m'a jamais été confirmée est la suivante.
Il y a 7 jours par semaine, car avant la découverte de Uranus par William Herschel la nuit du 13 mars 1781, les hommes pouvaient observer 7 astres qui se déplaçaient dans le ciel. Ces 7 astres ont donné le nom aux 7 jours de la semaine dans de nombreuses langues.

Après les 7 jours de la semaine, vient 8, la nuit.
Une étape plus loin, après 8, vient 9, la nouvelle semaine, qui justifierait le lien entre 9 et neuf (nouveau)".

BRISSET et la Pataphysique s'en mêlent !

Jean-Pierre BRISSET, le fou littéraire du XIXème siècle, sanctifié plus tard par le calendrier pataphysique, avançait une explication assez rusée, mais qui ne vaut que pour le français.

En vieux français, hui veut dire jour (on le retrouve dans aujourd'hui). On avait donc les antonymes hui et n-hui, la nuit étant la non-hui. D'où, ce couple jour/nuit, huit/nuit.

Finissons sur le billard !

Après autant de conjectures, on ne s'étonnera pas qu'au billard américain, la bille numérotée 8 soit de couleur noire, noire comme la nuit. Elle est au milieu des 15 billes, et sépare (comme la nuit) les billes basses des billes hautes.

Si chaque bille est un jour, la "huit" sépare deux semaines de 7 jours et vient justifier le fait que l'on dise "quinze jours" pour désigner deux semaines.

Le troublant rapprochement de huit et nuit.

Commenter cet article

Roumaine 19/12/2014 17:33

En roumain aussi neuf = chiffre 9 (neuf) , nou = 9 (noua), sauf que "noua" est au feminin comme neuve.